Dans la grande famille des crustacés, le tourteau est l’une des espèces la plus consommée mais saviez-vous qu’il en existe d’autres dont l’araignée de mer ?

Ce grand nom rassemble différentes espèces appartenant à la famille des décapodes (10 pattes). En France, deux espèces cohabitent sur nos côtes : Maja brachydactyla et Maja squinado. Elles vivent sur des fonds sablo-rocheux allant de la surface jusque plus de 100m de profondeur.

Elles sont toutes les deux équipées d’une carapace épineuse variant du brun au rouge, de 10 pattes dont 4 paires de longues pattes recouvertes de petits poils et 1 paire lisse équipée de pinces fines. Comme beaucoup de crustacés, il s’agit d’une espèce détritivore, c’est-à-dire qu’elle mange tout ce qu’elle trouve sur le fond allant d’algues, d’étoiles de mer ou encore des petits poissons morts.

Présente sur l’ensemble de nos côtés, l’araignée de mer peut être capturée soit aux casiers soit aux filets selon la saison, à partir de 12 cm, taille légale de capture. Avec le programme Mr.Goodfish, elle est recommandée à partir de 16,5 cm, sa taille de première maturité sexuelle. La Bretagne, la Normandie et les Hauts-de-France, ont depuis quelques années déjà une culture culinaire avec l’araignée qui reste peu présente sur le reste du territoire.

Pour les amateurs de crustacés, l’araignée de mer, avec sa chair fine et goûteuse, est plus raffinée que le tourteau. Pour pouvoir la déguster, il faudra pourtant s’armer de beaucoup de patience et de minutie, sa morphologie entraînant un décorticage plus compliqué !

Le saviez-vous ?

Tout comme l’ensemble des crustacés, l’araignée de mer réalise des mues successives pour croître. Durant sa période juvénile, elle est adepte du camouflage, elle utilise ces pinces pour se couvrir d’algues, de coquillages, d’anémones… Une fois sa taille adulte atteinte, elle a une mue terminale, c’est-à-dire qu’elle ne grandira plus et gardera cette taille pendant plusieurs années.

La reproduction a lieu de mars à juin : en fonction de l’espèce, il peut y avoir une ou plusieurs pontes. En effet, l’espèce Maja brachydactyla peut pondre une première fois au printemps, puis une seconde fois en été.